Urgence dentaire - Tout Savoir - Tout Dentaire

Tout sur l’urgence dentaire

 

Vous ne dormez plus depuis des nuits à cause d’un mal de dents lancinant et insupportable. Malheureusement, votre dentiste habituel ne peut pas vous prendre en charge avant des semaines, car son agenda est complet. Souffrez-vous de caries ou d’abcès dentaires qui se déclenchent un dimanche, un jour férié ou tard dans la nuit ? Impossible alors de joindre votre praticien traitant. Plusieurs de vos dents sont cassées suite à un accident, mais les cabinets dentaires de votre ville affichent un planning surchargé pour les mois à venir. Que faire ? Qui appeler et contacter ? Voici des démarches que vous pouvez entreprendre pour bénéficier de soins appropriés dans l’urgence.

 

Qu’est-ce que l’urgence dentaire ?

L’urgence dentaire désigne la situation de douleur aiguë dans laquelle se trouve un patient. Cet état peut s’accompagner d’infection, de fièvre et de gonflement des muqueuses. En odontologie, l’urgence est classée en deux groupes :

  • L’urgence douloureuse, lorsque la douleur ressentie est insupportable et réfractaire aux antalgiques et anti-inflammatoires.
  • L’urgence esthétique, en cas de dent cassée, de pont décollé, de bague dentaire qui tombe ou encore de déchaussement d’une couronne céramo-métallique.

Dans les deux cas, une intervention immédiate est alors nécessaire pour soulager le patient et éliminer la douleur qu’il ressent.

 

Comment se déroule l’urgence dentaire ?

L’examen commence par l’évaluation de l’urgence (mode d’apparition de la douleur, rythmicité de la douleur et son intensité) en vue de prévenir d’éventuelles complications. Après quoi, le praticien se penche sur les dents concernées, ou la localisation de la douleur le cas échéant. Par ailleurs, le dentiste urgentiste doit :

  • tenir compte des allergies dont vous êtes atteint,
  • connaître la liste exhaustive des médicaments que vous prenez (sur ordonnance ou en automédication),
  • être au fait de vos maladies systémiques (diabète, HIV, insuffisances rénales ou hépatiques, pathologies cardio-vasculaires, etc.),
  • être informé de votre historique dentaire (si vous n’êtes pas son patient), pour trouver facilement la cause de votre douleur.

 

Une radiographie dentaire et des photographies pourraient également être requises, notamment s’il n’a pas accès à vos dossiers, pour mieux situer la dent à traiter et trouver la cause de l’infection. Attention néanmoins, comme tout service d’urgence, le médecin-dentiste urgentiste ne prendra en charge que la pathologie pour laquelle vous avez été admis.

 

Les limites de l’urgence dentaire

Aucun traitement définitif, tel que l’extraction, n’est pratiqué en cas d’urgences dentaires. À titre d’exemple, si vous avez une dent infectée, le praticien traitera la racine de celle-ci, supprimera la pulpe dentaire et se limitera à l’application d’un antiseptique provisoire. Dans le même ordre d’idées, si votre prothèse dentaire s’est cassée, elle pourra être envoyée chez un laboratoire partenaire pour une réparation dans les plus brefs délais.

urgence dentaire 

Dans quels cas parler d’urgences dentaires ?

Les urgences dentaires se manifestent habituellement en dehors des heures normales d’ouverture des cabinets dentaires, notamment la nuit, les jours fériés ou le dimanche. En attendant de voir un dentiste et de bénéficier du traitement approprié, voici quelques notions de base qui, à défaut de constituer un diagnostic et de remplacer l’avis d’un praticien, vous soulageront de votre douleur.

En odontologie, les urgences peuvent être médicales (lorsque la personne est victime d’accident par exemple), ou consécutives à des douleurs dentaires. Dans le premier cas, il peut s’agir :

  • D’une fracture de la mâchoire. Il faut alors immobiliser le maxillaire et y appliquer une compresse de glace pour atténuer la douleur.
  • D’un état général qui se dégrade suite à un traitement ou une intervention dentaire, tel qu’une réaction allergique, une hémorragie ou une difficulté respiratoire.

Comme son nom l’indique, les urgences pour douleurs dentaires font suite aux douleurs constantes ou sur stimulations ressenties. Votre dent réagit-elle douloureusement au chaud, au froid, au sucré et aux breuvages ? Prenez rendez-vous dans les meilleurs délais et demandez à être examiné pour ne pas aggraver votre cas. En attendant, calmez la douleur avec un analgésique ou appliquez un sac de glace couvert de linge, préalablement mouillé, sur la partie sensible de votre visage.

 

Comment gérer les urgences dentaires ?

 

  • La conduite à tenir lorsqu’une urgence dentaire se déclenche en semaine

Appelez sans tarder votre dentiste habituel. Connaissant votre dossier et votre historique dentaire, il n’aura aucun mal à découvrir l’origine de l’infection ou de la pathologie. Si son agenda affiche complet, ou qu’il est absent, demandez à consulter un de ses confrères ou allez sur la toile. Le site Doctolib, par exemple, recense pas moins de 40 000 praticiens et 900 établissements de santé. Vous y trouverez, en quelques clics, des spécialistes de tout bord (chirurgien-dentiste, pédiatre, ORL) qui œuvrent près de votre domicile. Vous pourrez alors, après inscription, solliciter un rendez-vous en fonction de leurs disponibilités, et cela, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

 

  • Que faire en cas d’urgence dentaire qui tombe un week-end ?

Trouvez un dentiste de garde en consultant le quotidien régional, en contactant le commissariat ou la gendarmerie. Vous pouvez également vous rendre auprès du Conseil de l’Ordre des chirurgiens-dentistes de votre département.

 

  • Et si l’urgence dentaire se produisait la nuit ?

Dans ce cas de figure, rendez-vous dans les hôpitaux qui disposent d’un pôle odontologie et santé buccale. Le cas échéant, allez aux services d’urgence, ils pourront vous prescrire des analgésiques afin de soulager la douleur durant quelques heures.

 

Les principales urgences dentaires

urgences dentaires

 

  • La pulpite

Il s’agit de l’inflammation du nerf de la dent. Elle se reconnait par une douleur très forte au chaud, au froid et au sucré. Des migraines et une douleur durant la mastication, voire un saignement spontané de la gencive peuvent s’ensuivre. La douleur peut apparaître à tout moment : en pleine réunion, au cours d’une sortie, après le repas ou en pleine nuit. Si elle n’est pas traitée à temps, elle peut s’amplifier et devenir un abcès dentaire accompagné d’œdème, de fièvre et de pus, et provoquer des douleurs encore plus violentes. La prise en charge d’urgence consiste à ouvrir la dent causale et à la refermer avec un pansement antiseptique provisoire. Certains dentistes procèdent autrement, en prescrivant par exemple un traitement médicamenteux adapté.

 

  • L’alvéolite

L’alvéolite désigne l’inflammation de l’alvéole dentaire, la petite cavité qui se trouve dans l’os de la mâchoire et dans laquelle est fixée la dent. Elle apparaît suite à une extraction dentaire lorsque le caillot de sang, celui destiné à prévenir l’infection et à optimiser la cicatrisation de la plaie, ne se forme pas dans la cavité. Des douleurs extrêmes apparaissent alors, et une intervention rapide sur le site d’extraction est indispensable. Le soin consistera à nettoyer la zone responsable à l’aide de puissants antiseptiques locaux et à initier un saignement pour reformer le caillot de sang. En plus de l’intervention d’urgence, un traitement médicamenteux adapté est aussi prescrit.

 

 

  • La parodontose

La parodontose fait référence à l’infection du parodonte, tissu de soutien de la dent. En s’infectant, le parodonte menace l’os qui soutient les racines de la dent et pourrait causer la mobilité, voire le déplacement de celles-ci. La parodontose fait partie des motifs de consultation les plus courants en urgence dentaire, lorsqu’elle dégénère en gingivite ulcéro-nécrotique.

 

  • La perte accidentelle de dents (expulsion ou délogement)

La personne concernée doit consulter un dentiste au plus vite pour maximiser ses chances de voir la dent réimplantée. En attendant une prise en charge, il est possible de nettoyer la dent à l’eau claire, sans frotter. Essayez si possible de remettre la dent dans son alvéole. À défaut, conservez-la dans du sérum physiologique. Si la dent est cassée suite à un accident, un coup, une chute, une mastication trop dure ou un bruxisme, récupérez-la et rincez-la à l’eau du robinet, en veillant à ne pas toucher à la racine (car c’est une matière vivante). Puis essayez de la réimplanter dans l’alvéole et fermez la bouche. Il ne vous reste plus qu’à appeler votre dentiste ou à vous rendre d’urgence à l’hôpital.

 

  • L’hémorragie dentaire

L’hémorragie dentaire peut survenir après une extraction dentaire. Effectivement, les bains de bouche réguliers sont contre-indiqués puisqu’ils sont susceptibles de détruire le caillot sanguin, celui-là même qui préserve l’os et les terminaisons nerveuses et accélère la cicatrisation de la plaie. En attendant d’arriver aux services d’urgence, appliquez de la gaze sur l’alvéole et serrez les dents pour arrêter l’écoulement du sang.

 

  • Le bourrage alimentaire

Certes, c’est inhabituel, mais il peut arriver qu’un simple amas d’aliments entre deux dents voisines vous amène aux services d’urgence d’un cabinet dentaire. Soit le point de contact entre ces dents laisse à désirer, soit l’une d’elles est cariée. La raison en est simple : les débris alimentaires sont coincés entre les dents et entraînent une inflammation de la gencive. Une douleur violente peut également être ressentie lors de la mastication. Si l’urgence se traite avec un plombage ou le traitement de la dent cariée, retrouvez votre confort en faisant des bains de bouche, ou en passant du fil dentaire sur la partie douloureuse.

 

  • Le décrochement de la mâchoire

Un bâillement intempestif peut entraîner un blocage de la mâchoire ou une limitation de l’ouverture de la bouche. Si elle n’est pas douloureuse, la luxation de la mâchoire est inconfortable (élocution difficile, bavage ininterrompu, car impossible alors de fermer les lèvres, alimentation quasi impossible et bien d’autres). Par conséquent, il ne faut pas tarder à consulter puisque, plus la situation perdure, plus la réduction sera complexe. La prise d’anti-inflammatoire peut également être prescrite, et le rire et le bâillement doivent être réduits.

 

  • L’enflure au niveau du visage

Dans la majorité des cas, l’enflure est due à un abcès dentaire ou gingival. L’apparition de l’abcès survient suite à la prolifération de bactéries dans une région. Le système immunitaire se met alors en marche, et l’enflure témoigne de l’afflux de sang que l’organisme envoie dans la zone concernée pour se protéger des bactéries. Si vous ressentez de la douleur, qu’elle persiste et vous empêche de travailler ou dormir, prenez un antalgique et consultez sans tarder.

Mais les motifs de consultation pour urgence dentaire ne s’arrêtent pas là. De nombreuses situations peuvent en effet conduire un patient au service d’urgence d’un département d’odontologie (cas d’un hôpital) ou d’un cabinet dentaire.

 

Les urgences dentaires infectieuses

Elles représentent près de 35 % des urgences dentaires et désignent la cellulite grave diffuse, la cellulite collectée, l’abcès parodontal, les accidents relatifs aux dents de sagesse, la cellulite sérieuse et l’abcès endodontique. Pour être considérées comme graves, les urgences infectieuses doivent s’être manifestées dans un délai de 2 jours et entraîner une difficulté de déglutition. La gêne ressentie au moment d’ouvrir la bouche (ou limitation de l’ouverture buccale) entre également en considération, tout comme l’apparition de fièvre et l’altération de l’état de santé du patient. La prise en charge commencera alors par un examen clinique complet, suivi d’une radiologie et d’un geste thérapeutique, pour aboutir à une prescription.

 

Les traumatismes dentaires

Le traumatisme dentaire survient le plus souvent suite à une activité sportive, une chute ou un accident au domicile. Il peut s’agir de :

  • Dents brisées. Celles-ci sont alors gravement fracturées et douloureuses, et la dentine exposée à l’air libre. Pour prévenir toute infection pulpaire et sauver par la même occasion la dent cassée (il est même possible de la restaurer dans certaines conditions), rincez la zone atteinte avec de l’eau tiède et consultez sans attendre votre dentiste habituel, ou un dentiste de garde, pour un traitement de canal et recouvrir la couronne.

 

  • Dents déplacées. Ici, un traitement d’urgence est nécessaire, car en plus de la douleur qui peut survenir, il faut stopper la mobilité de la dent et l’attacher aux autres.

 

  • Dents cassées (incisives et canines supérieures dans la majorité des cas). Dans cette optique, une simple restauration prophétique suffit si la fracture ne touche pas la pulpe. Dans le cas contraire, une infection est à craindre, d’où l’intérêt de consulter d’urgence en vue de traiter le canal dentaire.

 

  • Décimentation d’une couronne ou d’un pont dentaires. Dans cette hypothèse, la première chose à faire est de protéger la partie exposée à l’air pour la maintenir en l’état avant une nouvelle cimentation.

 

Les ciments temporaires qui tombent ; la fracture de la couronne dentaire ; l’existence de débris coincés entre les dents (utilisez la soie dentaire pour les retirer, et le cas échéant, prenez rendez-vous sans tarder, car ils peuvent blesser la gencive et endommager l’émail) ; les blessures et les morsures à la langue devraient par ailleurs inciter les personnes concernées à consulter un dentiste dans les plus brefs délais.

 

L’hémorragie dentaire et de la sphère buccale

Il s’agit ici des saignements qui surviennent suite à un traumatisme ou une intervention dentaire (une extraction par exemple). Si les saignements dépassent les 4 heures, parlez-en à votre dentiste habituel ou au dentiste-urgentiste pour déterminer l’origine de l’écoulement et stopper l’hémorragie (via l’utilisation d’un hémostatique local). Si vous suivez un traitement anticoagulant ou anti vitamine K ou avez un problème d’hémostase, pensez à l’en informer pour maximiser les effets des soins.

 

L’urgence pour douleur intense

 

Une carie mal soignée peut également être à l’origine d’une urgence dentaire. De fait, lorsqu’elle atteint la pulpite, autrement dit le nerf de la dent, la carie dentaire entraîne une congestion sanguine intrapulpaire et comprime les terminaisons nerveuses. Ainsi mis à vif, le nerf réagira fortement aux agressions extérieures (froid, chaleur, eau, nourriture solide, sucre) par des douleurs irradiantes et spontanées que la prise d’antalgique ne saurait calmer. Comme il n’existe aucun remède connu pour calmer la douleur, la consultation chez le dentiste est particulièrement recommandée dès lors que les sensibilités au froid ou au sucre sont constatées.

 

Les urgences absolues et fonctionnelles

On a parfois tendance à considérer que les urgences absolues sont forcément liées à la douleur. Or, il n’en est rien. En effet, il existe des urgences qui appartiennent à la catégorie des urgences absolues. Voici quelques-unes d’entre elles :

  • La fracture d’appareil dentaire

Les appareils dentaires amovibles tels que la base prothétique et les crochets ne sont jamais à l’abri d’une fracture. Le soin d’urgence peut être nécessaire en fonction de l’étendue de la prothèse ou de la nature de la fracture. Cette prise en charge d’urgence permet notamment d’éviter ou de limiter les perturbations fonctionnelles au niveau de la mastication, la déglutition ou la phonation. Il est recommandé de consulter en urgence pour réparer la prothèse endommagée.

 

 

  • Le tassement alimentaire sévère

Des aliments peuvent parfois s’amasser dans les profondeurs de dents voisines. Ces amas exercent alors une pression sur les tissus vivants entourant la dent (desmodonte, os, gencive). Cette pression est tellement forte qu’elle provoque des douleurs insupportables pour le patient. Le risque est exactement le même lorsqu’un fragment de tartre se décroche et vient se coincer en profondeur entre deux dents. Le patient, en plus de se tordre de douleurs, arrive difficilement à s’alimenter. Il arrive même que l’alimentation devienne impossible.

 

 

  • La mobilité dentaire

L’instabilité d’une dent peut avoir des répercussions sur la mastication, l’élocution et la déglutition. Dans cette situation, le patient peut ressentir de légères douleurs, voire pas du tout. La vigilance est cependant de mise, car la mobilité dentaire peut être à l’origine de perturbations fonctionnelles qui, si la dent responsable n’est pas extraite à temps, peuvent vite devenir la croix et la bannière.

 

 

  • La fracture dentaire

Ce sont les dents les plus fragiles, en particulier les dents dévitalisées, qui peuvent se casser de manière spontanée. Le patient ne ressent pas, sur le coup, de douleurs intenses. Mais il faut toujours garder à l’esprit que les bords tranchants de la fracture peuvent blesser la langue, la joue ou la lèvre. La fracture peut également se manifester par la mobilité d’un fragment dentaire. Cette mobilité, à elle seule, peut provoquer des perturbations fonctionnelles, en particulier des difficultés pour le patient à s’alimenter correctement. Au vu des risques et des désagréments causés par la fracture, le polissage des bords tranchants ou l’extraction du fragmentaire mobile doit se faire en urgence.

 

  • La cellulite de la joue

Ce terme désigne une inflammation des cellules. Dans la majorité des cas, elle est due à une infection sous-jacente (suite à une extraction dentaire, abcès mal traité…). La cellulite se reconnait par le gonflement de la joue, et peut être associée à des douleurs plus ou moins intenses. Elle peut également s’accompagner de trismus, c’est-à-dire une incapacité totale ou partielle à ouvrir la bouche. Se nourrir devient alors un véritable parcours du combattant, et le traitement local lui-même est rendu impossible.

 

 

  • L’inadaptation d’une prothèse amovible

Une prothèse amovible peut provoquer de vives douleurs, au moment où l’on s’y attend le moins. Cela arrive par exemple quand elle exerce une pression forte sur les éléments anatomiques sur lesquels elle est fixée. Les douleurs dues à la pression excessive peuvent même conduire à une incapacité à s’alimenter. Le soin d’urgence consistera alors à éliminer les points de surpression.

 

 

  • L’accident d’éruption de la dent de sagesse

Ce sont surtout les dents de sagesse du bas qui sont les plus susceptibles de provoquer d’importants désordres fonctionnels au moment de leur éruption. Car en plus de s’accompagner de douleurs plus ou moins intenses, la poussée des dents peut entraîner des difficultés d’alimentation. Un traitement médicamenteux dans les plus brefs délais est alors recommandé, le temps d’avoir un rendez-vous pour un traitement causal.

 

  • L’hémorragie

Il est très rare qu’une hémorragie survienne après une opération chirurgicale dentaire. Néanmoins un saignement ininterrompu nécessite un soin d’urgence parce que non seulement c’est désagréable, mais en plus cela engendre des perturbations fonctionnelles.

 

Les urgences absolues liées à la douleur

 

On parle d’urgences absolues en raison de l’intensité extrême des douleurs. Les douleurs sont d’autant plus insupportables qu’elles entraînent une incapacité à s’alimenter. Surtout, elles surviennent parfois au beau milieu de la nuit… La priorité consiste alors à soulager le patient, et éventuellement, à lui administrer un traitement provisoire.

 

  • La nécrose pulpaire

Elle se traduit par des douleurs insupportables pouvant survenir à tout moment. Elle apparaît lorsqu’une carie ou une fracture profonde n’a pas été prise en charge dans les temps. Celle-ci endommage à petit feu le système pulpaire de la dent (nerfs et vaisseaux sanguins). Lors de l’intervention d’urgence, le médecin ouvre la dent malade pour la traiter avec de puissants antiseptiques locaux.

 

  • L’abcès

L’abcès peut être d’origine dentaire ou parodontale. Dans tous les cas, il provoque des douleurs intenses en raison de la forte pression exercée sur les tissus vivants (os et gencives). Le médecin perce l’abcès afin de le vider de son contenu, et prescrit un traitement médicamenteux adapté.

 

Les urgences absolues et esthétiques

À l’instar des urgences fonctionnelles, les urgences esthétiques doivent être prises en charge à temps même si le patient ne ressent pas forcément de douleurs insupportables. Pour les urgences esthétiques, l’impact physique ostensible crée une gêne chez le patient. C’est ce qui justifie un soin d’urgence.

  • La fracture et l’expulsion dentaire

L’apparence physique joue un rôle indéniable dans les relations sociales et professionnelles. Seulement, lorsque des dents visibles sont endommagées, la confiance en soi risque de l’être également. La consultation d’urgence est nécessaire pour un retour rapide à la vie normale, et pour pouvoir sourire à nouveau. À cet effet, le patient peut porter un composite ou une prothèse provisoire.

 

  • La défaillance prothétique

Cela peut se traduire par le descellement ou la fracture d’une couronne, d’une facette ou d’un bridge, ou encore la fracture d’un appareil prothétique amovible. La consultation d’urgence est nécessaire dès lors que les dents concernées sont antérieures. Le médecin peut se limiter à des soins provisoires, un scellement ou une réparation immédiate.

 

  • La cellulite de la joue

Elle ne provoque aucune douleur chez le patient, et ne cause aucune perturbation fonctionnelle. Néanmoins, la dégradation esthétique est un motif suffisant pour une consultation en urgence. Le praticien prescrira dans ce cas un traitement médicamenteux adapté.

 

 Les urgences absolues multifactorielles

La plupart des urgences absolues sont les répercussions de plusieurs facteurs. Ainsi, une fracture profonde d’une incisive constitue une urgence liée à la douleur, en même temps qu’elle peut être considérée comme une urgence fonctionnelle et une urgence de nature esthétique. De même, la fracture d’un appareil mobile remplaçant des dents antérieures, vu les impacts sur les fonctions et l’aspect physique du patient, constitue à la fois une urgence fonctionnelle et une urgence esthétique.

En revanche, une fracture bénigne d’une incisive, qui n’impacte pas sérieusement l’apparence physique et ne provoque que des sensibilités au chaud et au froid, n’appartient pas à la catégorie des urgences dentaires absolues. En effet, l’administration du traitement peut attendre quelques jours, le temps d’obtenir un rendez-vous auprès de votre dentiste traitant. L’intérêt de cette différenciation réside dans la priorisation des cas en présence, notamment face à un planning très chargé.

Les obligations du dentiste face à l’urgence dentaire

Il est rare qu’un dentiste refuse de prendre un patient en urgence. La loi est pourtant claire sur les obligations du dentiste en cas d’urgence dentaire. Il doit en effet :

  • porter assistance à un patient en détresse,
  • participer ou se charger de la permanence des soins,
  • assurer la continuité des soins pendant l’absence du praticien traitant,
  • informer le médecin traitant des soins qu’il a administrés.

Bien évidemment, le non-respect de ces obligations entraîne des sanctions. Mais encore faut-il que le praticien ait vraiment affaire à une urgence dentaire.

Cela dit, il faut quand même préciser que l’appréhension d’une urgence dentaire n’est pas forcément la même chez les praticiens et les patients. Les médecins peuvent juger qu’une petite fracture de l’incisive ne nécessite pas une prise en charge en urgence, tandis que les patients peuvent ne pas vouloir attendre plusieurs jours avant d’être traités pour une insensibilité au chaud et au froid.

 SOS DENTAIRE

 

Conclusion

Au final, la meilleure manière d’éviter les cas d’urgence dentaire est de se plier à une recommandation générale selon laquelle il faut consulter un dentiste au moins une fois par an. Une bonne hygiène dentaire peut également aider à prévenir les situations d’inconfort.


Notre Bureau Recherches et Développement

Nous oeuvrons tous les jours pour vous apporter depuis nos bureaux, le meilleur accueil, service après-vente et conseil. Nous développons constamment des produits innovants, uniques qui vous faciliteront votre quotidien et vous apporteront des solutions réelles à vos problèmes dentaires.