L’aphte, un mal bénin à mieux connaître - Tout Dentaire

L’aphte, un mal bénin à mieux connaître

 

Ressentez-vous quelque chose qui vous gêne, voire une douleur lorsque vous mangez ou parlez ? Après vous êtes regardé dans un miroir, vous avez décelé cette petite lésion dans votre bouche qui est à l’origine de votre inconfort. Rassurez-vous, vous êtes en présence d’un aphte, une petite affection incommodante, mais qui peut se soigner.

 

 

Qu’est-ce qu’un aphte ?

Notre bouche, en plus d’être le lieu de prédilection de multiples bactéries, peut subir des lésions et l’aphte en fait partie. Il s’agit d’une petite plaie qui s’est formée sur les muqueuses de la cavité buccale. Généralement, il se retrouve :

 

  •        Sur le côté de la langue ou la pointe de celle-ci.
  •        À l’intérieur des lèvres.
  •        Sur les parois internes des joues.
  •        Sur les gencives.
  •        Exceptionnellement sur le palais.
  •        Parfois dans la gorge.
  •        Plus rarement sur les organes génitaux.

 

L’aphte n’est pas contagieux et n’est pas infectieux. Hormis quelques cas, il ne laisse pas de cicatrice à sa guérison. Par contre, les cas décelés laissent penser qu’il est héréditaire.

 

 

Qui peut en être atteint ?

Rassurez-vous, l’aphte est un cas fréquent : une personne sur 5 l’a connu au moins une fois dans sa vie. Il n’épargne ni homme ni femme et c’est souvent entre leur première année et troisième année que les enfants en sont touchés. Il se retrouverait plus souvent chez les personnes de 10 à 40 ans, mais, en général, privilégierait davantage certaines catégories de personnes, à savoir :

 

  •        Les femmes et particulièrement celles qui sont enceintes.
  •        Les personnes dont les parents ont été sujets aux aphtes.

 

Celles qui sont fréquemment atteintes peuvent avoir, depuis la plus tendre enfance, plusieurs poussées au cours d’une année. Nous verrons que ces cas particuliers devront faire l’objet d’examens plus approfondis.

 

Comment se présente-t-il ?

Dénommé aussi « ulcération aphteuse », l’aphte :

 

  •        A une forme ronde ou ovale
  •        Possède une base de couleur blanche ou tirant sur le jaune ou le gris, et ne saigne pas.
  •        Est entouré d’une petite zone inflammatoire de couleur rouge.
  •        Est généralement isolé, mais peut aussi se présenter sous forme regroupée.
  •        A une taille qui varie selon la catégorie à laquelle il relève.

 

 

Y a-t-il différents types d’aphtes ?

 

Les maladies liées aux aphtes sont connues sous la dénomination d’« aphtose ».

 

L’aphtose buccale qui est la plus connue revêt en général 3 formes :

 

-        Celle dite « mineure » : appelée aussi aphte « simple », « vulgaire », elle est la forme la plus fréquemment rencontrée, car se retrouve dans près de 80 % des cas.

  •        La plaie de forme ovale ou ronde, a généralement un diamètre inférieur à 10 mmm.
  •        Elle est de couleur jaunâtre et est entourée d’une bordure rouge vive.
  •        Elle peut être isolée ou accompagnée d’autres ulcères.
  •        Elle est douloureuse pendant 2 à 4 jours.
  •        Elle guérit « tout seul » après 7 ou 10 jours, voire 14 sans laisser de cicatrices.

 

-        La forme « majeure » ou « gênante » : appelée aussi aphte géant.

  •        Les ulcères ont une ampleur qui se situe entre 1 et 3 cm.
  •        Ils ont une forme moins régulière.
  •        Ils sont très douloureux et leur durée d’évolution dépend de la grandeur de la lésion.
  •        Ils guérissent au bout de six semaines et peuvent laisser des cicatrices.

 

Cette forme d’aphte peut se retrouver dans certaines maladies et c’est la raison pour laquelle elle nécessite une consultation médicale.

 

-        Celle appelée « herpétiforme » ou « miliaire » :

 

  •        Elle est constituée de 10 à 100 petits ulcères de1 à 2 mm d’ampleur.
  •        Ces ulcères, de pourtour irrégulier, se regroupent progressivement pour former une seule zone.
  •        Ils sont aussi très douloureux, mais guérissent au bout d’une à deux semaines sans laisser de cicatrices.

 

L’aphtose buccal peut apparaître de manière ponctuelle, disparaître de lui-même, mais aussi revenir au bout de quelques jours ou de quelques mois. Dans ce cas, elle est qualifiée de récidivante. Si de nouveaux aphtes apparaissent avant la guérison de ceux qui se sont déjà formés, il y a des raisons de s’inquiéter, car ils peuvent être le symptôme d’une maladie.

 

 

Il ne faut pas confondre l’aphte avec d’autres lésions

Certaines lésions buccales peuvent avoir l’apparence d’aphtes :

 

-        L’herpès : dénommé aussi « bouton de fièvre » qui :

  •        Se présente sous la forme de petites boursouflures regroupées et contenant du liquide : il est particulièrement gênant, notamment sur le plan esthétique.
  •        Apparaît autour ou sur les lèvres, parfois dans ou sur le nez, sur l’oreille, la joue ou le menton.  
  •        Est causé par un virus, qui, une fois introduit dans le corps de la personne touchée, y reste : il peut alors ne pas se manifester du tout ou, s’il le fait, de temps à autre.
  •        Ne se décèle pas par des symptômes apparents.
  •        Est contagieux tant que les cloques ne sont pas sèches ou aient pris l’aspect de croûte. Le virus se transmet par un contact direct avec celles-ci ou par la salive.
  •        Chez l’enfant qui en est atteint, il peut tromper, car peut avoir l’apparence d’une grippe ou d’un rhume.
  •        Disparaît au bout de 7 à 10 jours et les personnes atteintes qui ont un bon système immunitaire, n’ont rien à craindre des suites néfastes sur leur santé.

-        La candidose buccale : due à un champignon dénommé « Candida albicans » qui :

  •        Se présente en plaques de couleur crème ou tirant sur le blanc, parfois rouges, et est parfois très douloureuse.
  •        Se retrouve dans la majorité des cas sur la paroi interne de la joue, sur la langue et parfois dans la gorge ou le palais.
  •        Est provoqué par un déséquilibre des champignons qui sont des éléments naturels dans la bouche.
  •        Se manifeste lorsque ce déséquilibre est engendré par divers facteurs : l’absorption d’antibiotiques, un affaiblissement du système immunitaire, le tabac, l’alcool, etc.
  •        Se rencontre le plus souvent chez les personnes âgées, celles qui portent un appareil dentaire ou qui souffrent de l’affection de la « bouche sèche », les nourrissons.
  •        Doit être traité pour éviter que l’infection ne se propage vers d’autres organes du corps.

 

-        La leucoplasie ou transformation de la muqueuse qui :

  •        Se manifeste par la présence de plaques blanchâtres et épaisses sur la joue interne, la langue ou les gencives.
  •        Trouve un terrain favorable chez les fumeurs, mais peut aussi être causée par des morsures fréquentes dans la joue, le port d’appareils dentaires mal adaptés ou des dents en très mauvais état.
  •        Se guérit par l’arrêt du tabac
  •        Peut évoluer dans très peu de cas en un cancer buccal.

 

-        Le cancer buccal : qui, à défaut d’un diagnostic rapide et d’un traitement : 

  •        Après s’être propagé dans les tissus buccaux a des chances d’attaquer les muscles, les nerfs et l’os.
  •        Se manifeste par des aphtes ou des plaques qui ne disparaissent pas après deux semaines.
  •        Se caractérise par des saignements, des sensations d’engourdissement, des perturbations dans le sens du goût.
  •        Se révèle par la présence de ganglions indolores, des irritations au niveau de la gorge, une voix enrouée.
  •        Peut-être dépisté par une biopsie et des radiographies.  

 

 

Comment l’aphte évolue-t-il ?

 

Son évolution passe par 4 étapes : 

  •        24 heures avant qu’il n’apparaisse, la personne concernée ressent des picotements et une sensation de brûlure. C’est d’ailleurs ce phénomène qui explique l’origine du nom de l’aphte, qui provient du terme grec « aptein » ;
  •        Un petit renflement de la muqueuse contenant un liquide de couleur clair et auréolé d’une tache rouge apparaissent ensuite ;
  •        Cette petite vésicule, une fois percée entraîne la formation d’une plaie ou d’un ulcère rond ou ovale dont la dimension dépend du type d’aphte. Celle-ci se creuse ensuite et donne l’apparence d’un cratère. C’est à cette phase que l’aphte provoque une douleur brûlante ;
  •        Les douleurs peuvent persister durant 2 à 5 jours : elles se manifestent particulièrement lorsque la personne concernée mange, parle, et sont exacerbées au contact d’épices et d’aliments ou de boissons chaudes. Il y a aussi une hyper salivation ;
  •        Les douleurs diminuent progressivement, l’aphte s’aplatit et s’efface de lui-même sans laisser de traces, selon les cas.  

Lorsque des signes similaires à ceux de l’aphte se manifestent de manière répétitive et si d’autres symptômes comme une grande fatigue, la diarrhée, des rougeurs au niveau des yeux, des douleurs ressenties aux articulations apparaissent, il est préférable de se rendre sans tarder chez un médecin.

 

L’aphte peut être le signe d’autres pathologies

Dans ce cas, il s’agit de maladie aphteuse et non plus d’aphte isolé, dénommé aussi « vulgaire ». Ces maladies sont prouvées par la présence d’aphtes à la fois dans la cavité buccale et sur d’autres organes du corps. Elles sont souvent assorties d’autres symptômes comme il l’a été dit précédemment.

  

  • La maladie de Behçet : cette inflammation des parois des vaisseaux sanguins atteint le plus souvent les jeunes hommes âgés de 20 à 30 ans. Elle se caractérise par la présence d’aphtes isolés ou en forme de grappes dans la bouche, au niveau des yeux et sur les parties génitales. Ils sont particulièrement douloureux. Elle peut être suivie de complications comme des hémorragies intestinales, la cécité, la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins. 
  • L’aphtose génital : dénommée aussi bipolaire, elle se manifeste par la présence d’aphtes non seulement dans la cavité buccale, mais aussi sur la zone périanale et la vulve chez la femme, et sur le gland et le scrotum chez l’homme.
  • La maladie cœliaque : qui consiste en un trouble de l’absorption intestinale provoquée par une intolérance au gluten. La science a récemment certifié qu’il existe une étroite relation entre les aphtes buccaux et les inflammations intestinales.

 

Qu’est-ce qui déclenche l’aphte ?

 

Bien que la médecine ait clairement établi que l’aphte n’est pas contagieux, elle n’a pas encore décelé ses véritables causes. Dans 10 % des cas décelés, il aurait été difficile de découvrir les origines de l’aphte. Cela est sans doute lié au fait que divers facteurs peuvent être à son origine.

 

-        Les facteurs héréditaires : les personnes dont les ascendants ont été atteints d’aphtes seraient plus exposées. Mais ce n’est encore qu’une hypothèse dans la mesure où l’on n’a pu encore démontrer le « procédé génétique » par lequel il se transmet.

 

-        Les petits traumatismes : qui surviennent accidentellement et provoquent des petites lésions dans la cavité buccale, tels :

  •        Les chocs provoqués par un usage trop fort de la brosse à dents.
  •        Des petites morsures sur la langue ou les parois internes des joues, suite à la mastication d’aliments, l’absorption d’éléments trop acidulés.
  •        Une mauvaise adaptation à un appareil orthodontique ou une prothèse.
  •        Les légères brulures dues par l’ingestion d’aliments ou de boissons trop chauds.
  •        Les petites blessures provoquées par la pénétration d’une aiguille lors de l’injection d’un anesthésique.

 

-        Les carences en vitamines : notamment la vitamine B12, les minéraux, le fer. L’anémie est une maladie due à une sérieuse baisse du taux d’hémoglobine qui est apportée, à travers l’alimentation, par le fer, dans l’organisme. Une personne anémique peut être atteinte d’aphtes, suite à la fatigue ressentie provoquée par l’insuffisance d’oxygène dans son organisme. Et lorsque la maladie est traitée, les aphtes disparaîtraient.

 

-        Les allergies : certains cas ont amené à établir une liaison entre l’apparition d’aphtes et l’intolérance à certains aliments comme le chocolat, les œufs, le café, le fromage, les noix, fraise, ceux à saveur piquante, et aux éléments de conservation.

 

-        Les maladies :

  •        Hormis les cas déjà cités, les malades immunodéprimés, et particulièrement ceux atteints du SIDA, à cause de la déficience de leur système immunitaire, sont souvent sujets à des aphtes géants.
  •        Une infection à l’Helicobacter pylori, cette bactérie qui provoque des ulcères d’estomac peut aussi occasionner la parution d’aphtes.
  •        La tuberculose, la toxoplasmose, certaines infections dues aux streptocoques.

 

 

-        Les traitements médicaux : 

  •        Les anti-inflammatoires non stéroïdiens absorbés de manière excessive : les personnes qui en prennent pour enrayer des maux de tête, des règles douloureuses sont souvent sujettes aux aphtes. Bien que les recherches n’aient pas encore prouvé le lien de cause à effet de ce phénomène, des cas de ce genre ont été bien constatés. Les antibiotiques et les bêta-bloquants peuvent aussi être à l’origine d’éruption d’aphtes.
  •        Le traitement chimiothérapique : selon le site InfoCancer, « Un patient sur deux, recevant une chimiothérapie et/ou une radiothérapie, présente des aphtes ». Toujours selon ce site, la chimiothérapie, en diminuant le taux des globules blancs, a pour effet d’affaiblir les capacités de défense des muqueuses de la bouche contre les germes et de rendre celle-ci plus réceptive aux infections. 

 

 

-        Mais d’autres facteurs peuvent aussi favoriser la parution d’aphtes :

  •        Le stress : les cas d’étudiants atteints d’aphtes durant la période de préparation des examens ont été relevés. Le surmenage ou la fatigue ouvrent aussi la porte aux aphtes.
  •        Un choc émotionnel peut aussi favoriser leur apparition.
  •        Les bouleversements hormonaux entraînés par la puberté ou la période de menstruation : les aphtes auraient tendance à survenir durant les règles. Mais les femmes en ménopause ne sont pas non plus épargnées.
  •        L’éruption d’une dent et particulièrement celle de sagesse.
  •        Une infection « dentaire ».
  •        Un foyer infectieux dans l’organisme. Des chercheurs ont aussi supposé que les aphtes seraient la manifestation d’une réaction de l’organisme aux bactéries streptocoques.
  •        L’arrêt du tabac : un fumeur serait peu exposé aux aphtes tant que sa muqueuse buccale est épaissie par le tabac. Le sevrage favoriserait alors leur survenue.
  •        Une hygiène bucco-dentaire douteuse.
  •        L’hypothèse du dentifrice renfermant du dodécyl sulfate de sodium qui rendrait la bouche plus sensible aux lésions a été écartée après des expériences attestant que le type de dentifrice utilisé n’a pas de relation avec la parution d’aphtes.

 

 

Comment traiter l’aphte ?

Affection bénigne, l’aphte ne survient en principe que ponctuellement. Habituellement, il disparaît tout seul et la plupart des personnes qui en sont atteintes ne se rendent pas auprès d’un médecin.

 

Mais en attendant qu’il disparaisse, il faut trouver les moyens pour calmer les douleurs qu’il génère.

 

 

Que faire pour atténuer les douleurs ?

 

Avant d’aborder les différentes méthodes pour calmer les douleurs, il importe que :

 

  •        Vous évitiez les aliments trop chauds, durs à mastiquer ainsi que ceux qui sont trop épicés, qui peuvent toucher l’aphte et raviver vos douleurs : tomates, agrumes, ananas, noix, etc.
  •        Vous renonciez à prendre des boissons qui pourraient irriter vos muqueuses, comme le café.
  •        Vous privilégiez les aliments froids qui peuvent diminuer la douleur.

 

Un ou des aphtes dans la bouche peuvent soit constituer un sérieux handicap, soit vous couper complètement l’appétit. Pour pouvoir manger en toute quiétude, vous pourrez appliquer sur la plaie, après avis d’un pharmacien ou d’un médecin, un produit anesthésique et antiseptique, sous forme de pommade ou de gel. Mais évitez de le répandre sur une trop grande surface, car vous risquerez d’avoir des difficultés à avaler ou pourrez mordre par mégarde votre langue ou votre joue interne. Et dans le cas où la douleur se révèlerait intolérable, vous pourrez, toujours après avis du médecin, prendre un antalgique. Mais il y a aussi d’autres solutions pour calmer les douleurs.  

 

 

Des méthodes simples

  •        Posez un glaçon sur l’ulcère et laissez le fondre : ce contact avec le froid a un pouvoir anesthésique.
  •        Faites plusieurs gargarismes avec de l’eau chaude salée dans la journée ou si vous n’y êtes pas allergique, à l’aspirine 2 ou 3 fois par jour.
  •        Rincez-vous la bouche, en prenant soin de ne pas l’avaler, avec la composition suivante : 1 cuillerée à café de bicarbonate de soude mélangé avec une même quantité de sel que vous aurez dissous dans 120 ml d’eau.
  •        Appliquez sur l’ulcère une pâte constituée de bicarbonate de soude et d’eau.

 

L’utilisation du bicarbonate de soude devrait vous protéger d’une éventuelle infection.

 

  •        Faites des bains de bouche plusieurs fois par jour avec de l’eau chaude contenant du jus de citron additionné d’une cuillerée à café de miel
  •        Utilisez en bain de bouche une cuillerée à café d’argile dissous dans un demi-verre d’eau.
  •        Prenez un sachet de thé mouillé et pressez-le pour faire tomber le liquide sur l’aphte.

 

 

Quid des remèdes naturels ?

  • La myrrhe est connue pour ses vertus antiseptiques et, sous forme de teinture, est à utiliser en usage externe. Elle serait efficace pour traiter les aphtes et les gingivites.

  • La réglisse : l’extrait de réglisse aurait aussi des propriétés antiseptiques. Une petite application sur l’ulcère devrait pouvoir vous soulager un peu. La réglisse peut être aussi être proposée sous la forme de pastilles à sucer.
  • L’huile essentielle de girofle : anti-inflammatoire et antiseptique, le clou de girofle est réputé pour son pouvoir anesthésiant.
  • L’Aloès Vera, par son pouvoir anti-inflammatoire, anesthésique et antiseptique, est aussi connu pour être efficace contre les aphtes : il peut être utilisé en bain de bouche et existe aussi sous forme de gel à appliquer.
  • Il en est de même pour le thym : employé en bain de bouche, il se révèle un anti-inflammatoire et un antiseptique opérant.
  • La camomille en infusion ou en bain de bouche a des vertus apaisantes et cicatrisantes.

 

La liste des plantes pouvant soulager les douleurs et activer la cicatrisation ne s’arrête pas là. Leurs effets positifs dépendent toutefois de l’importance des aphtes, mais aussi et surtout de la réceptivité de l’organisme. Bien qu’elles soient en mesure de soulager immédiatement une douleur, il faut les utiliser avec modération, voire même demander l’avis de spécialistes en la matière.

 

 

Et les médicaments ?

De nombreux produits pharmaceutiques sous différentes formes (gel, rince-bouche, comprimés, spray, crèmes, etc.) destinés à soulager la douleur, à activer la cicatrisation de l’aphte, ou à freiner son développement, à protéger les muqueuses de la bouche sont proposés sur le marché. Mais plutôt que de recourir à l’automédication, demandez l’avis de votre médecin, car certains médicaments ne sont délivrés que sur présentation d’une ordonnance. Si vous privilégiez la phytothérapie, n’omettez pas de signaler au pharmacien ou au médecin si vous êtes encore sous un traitement médicamenteux.

 

 

Comment traiter l’aphte chez l’enfant ?

Votre enfant peut être atteint d’aphtes suite à un déséquilibre alimentaire, le stress, une maladie infantile qui ont fragilisé son système immunitaire. Comme certains médicaments ne sont pas encore indiqués pour son âge, la solution la plus appropriée est d’utiliser des moyens préventifs :

 

  •        Inculquez-lui, dès son plus jeune âge, l’habitude de se brosser les dents après chaque repas : une bonne hygiène bucco-dentaire est la solution premièrement indiquée pour se protéger des aphtes.
  •        Prenez soin de son alimentation et évitez de lui donner des aliments excessivement chauds, sucrés ou salés.
  •        Si l’aphte lui cause des douleurs vives, ne lui administrez pas d’antalgiques ou de remède pour le soulager, sans demander l’avis du pédiatre.

 

 

L’aphte simple se soigne généralement par un traitement externe et local et divers médicaments. Mais lorsqu’il prend un aspect plus sévère sous la forme d’aphte géant, de nombreux ulcères ou lorsqu’il se répète trop souvent, il est préférable de faire une consultation auprès du médecin.

 

 

Quels sont les cas susceptibles de complications ?

Si les signes suivants se manifestent, il faut envisager de consulter sans tarder un médecin :

 

  • De la fièvre
  • Une enflure des ganglions
  • Une sensation intense de fatigue
  • De nombreux ulcères dans la cavité buccale : en général, plus de 10.
  • Des aphtes excédant 1 cm de diamètre
  • Des ulcères qui mettent plus de 15 jours à voire ne se cicatrisent pas du tout.
  • Des diarrhées, des maux de tête, des douleurs dans les articulations.
  • Des aphtes sur les autres parties du corps (parties génitales, des plaies cutanées)
  • Des difficultés à s’alimenter comme d’ordinaire.

 

Ces symptômes pourraient en effet dissimuler d’autres maladies parmi lesquelles figurent celles que nous avons citées précédemment.

 

 

Comment le médecin effectuera son diagnostic ?

 

  • Il examinera l’ulcère pour en déceler toutes les caractéristiques de l’aphte :

 

v   Sa localisation

v   Les endroits où il a fait éruption

v  Sa dimension

v  La couleur de son fond, l’aspect de sa base ainsi que la nature et la teinte de sa bordure.

 

En effet, les plaies causées par un herpès ont presque le même aspect que l’aphte.

 

  • S’il se trouve devant un cas d’aphte récidiviste, il pourra prescrire un bilan sanguin
  • S’il s’agit d’un ulcère qui tarde à cicatriser et persistant, il peut ordonner une biopsie : ce prélèvement de tissu lui permettra de déceler la présence d’un éventuel cancer.

 

 

Que pourra-t-il prescrire ?

  • Si l’aphte est provoqué par un appareil dentaire mal ajusté ou inadapté, il vous recommandera de corriger l’anomalie auprès du praticien compétent.
  • Si l’aphte a pour origine une carence en nutriments, il vous prescrira le traitement de minéraux et de vitamines pour y remédier.
  • S’il s’agit d’aphtes qui reviennent constamment, il pourra vous administrer un rince-bouche à base de médicaments que vous utiliserez à la parution d’un nouvel ulcère.
  • Il pourrait aussi vous conseiller d’approcher un spécialiste des maladies buccales : dans ce cas, le traitement par des immunodépresseurs ou des stéroïdes pourrait s’étaler sur une période plus longue.

 

L’aphte, même à son stade le plus simple, est une affection certes bénigne, mais très incommodante. Mais il y a des moyens de s’en prévenir.

 

 

Comment éviter l’aphte ?

 - Ne négligez pas les prescriptions d’hygiène bucco-dentaire :

  • Brossez vos dents deux fois par jour en douceur : les brosses à poil souple risquent de moins agresser.
  • Évitez les mouvements énergiques qui peuvent mettre à mal vos muqueuses buccales et favoriser l’apparition de petites lésions.
  • Utilisez la soie dentaire au moins une fois par jour.
  • Si vos dents sont dans un état déplorable, ne tardez pas à consulter un dentiste, car des dents ébréchées peuvent causer des irritations et favoriser la naissance d’aphtes.
  • Privilégiez les dentifrices indiqués pour les gencives sensibles.
  • Utilisez un produit de rinçage antibactérien, mais ne le gardez pas trop longtemps en bouche, car il pourrait compromettre l’équilibre de votre flore buccale.
  • Procédez à des examens et des nettoyages réguliers auprès de votre dentiste.
  • Si vous êtes porteur d’un appareil dentaire ou d’une prothèse, faites vérifier par le dentiste qu’il est bien ajusté : leur inadaptation peut être à l’origine de votre aphte.
  • Surveillez votre mode d’alimentation :

 

- Supprimez de vos menus les aliments ou les produits qui vous causent des allergies qui, rappelons-le, peuvent avoir un lien avec l’apparition des aphtes.

- Mastiquez lentement et évitez de parler pendant les repas pour éviter les lésions accidentelles dans votre muqueuse buccale qui sont un terrain favorable aux aphtes.

  •        Privilégiez un mode de vie qui préserve votre santé physique et psychique :

 

- Évitez ou diminuez les situations qui provoquent le stress et, à défaut, apprenez à gérer le stress.

- Veillez à la qualité de votre sommeil.

 

  •  Si vous êtes sujet à un aphte récidivant causé par une légère déficience de votre organisme à se défendre contre les agressions microbiennes, vous pourrez demander à votre médecin de vous prescrire un traitement visant à renforcer votre système immunitaire.

 

 

 

 

 


Notre Bureau Recherches et Développement

Nous oeuvrons tous les jours pour vous apporter depuis nos bureaux, le meilleur accueil, service après-vente et conseil. Nous développons constamment des produits innovants, uniques qui vous faciliteront votre quotidien et vous apporteront des solutions réelles à vos problèmes dentaires.