Inlay Core ou Faux Moignon - Tout Dentaire

Inlay Core ou faux moignon, une solution séduisante

 

Lorsque votre dentiste vous déclare qu’une de vos dents est en piteux état, votre première réaction sera de lui demander de vous l’arracher. Il existe pourtant des procédés innovants et considérés comme performants qui pourront vous éviter cette solution extrême : l’Inlay, l’Onlay et l’Inlay core ou faux moignon.

 

 

De quoi s’agit-il ?

Vous avez sans doute déjà entendu parler d’Inlay, Onlay et d’Inlay core. Ces 3 termes qui peuvent prêter à confusion ont un point commun : ce sont des pièces prothétiques. Elles ont pour rôle :

 

  • D’obturer une importante cavité faite par une carie : vous n’aurez plus de souci durant quelques années.
  • De reconstituer une dent qui a subi un sérieux dommage comme une fracture, et ce, dans le but de lui rendre sa forme initiale.

 

 inlays onlays

L’Inlay

Ce terme provient d’un mot anglais que l’on peut traduire littéralement par « posé dedans ». L’inlay, appliqué à l’intérieur de la dent permet de combler un gros trou laissé par une cassure ou une carie. C’est une pièce fabriquée par un prothésiste, à partir de l’empreinte de la dent à obturer. L’Inlay se révèle plus efficace que les produits d’obturation classiques qui, une fois coulés dans la dent, peuvent se déformer et permettre l’infiltration de la salive ou d’autres corps étrangers.

 

L’onlay

Cette pièce prothétique est destinée à rétablir la partie manquante, comme le terme anglais « on » l’indique, sur une dent, donc, sur sa partie visible. Ce fragment manquant, qui se situe généralement sur la pointe de la dent, pourra avoir été causé par une fracture ou une ébréchure qui s’est aggravée.

 

Il est bon de noter que, si le cas se présente, le dentiste peut décider d’utiliser les deux procédés.

 

 

L’Inlay Core

À ne pas confondre avec l’inlay tout court, il est aussi dénommé « faux moignon ». Ce dispositif qui est fait d’un seul bloc, comprend deux parties : un tenon et un moignon. Il sert à consolider une dent dont l’état naturel ne permet plus la pose d’une couronne. Lorsque la partie visible d’une dent est sérieusement détériorée, sa ou ses racines pourraient encore être dans un bon état. Le dentiste pourra alors suggérer la pose d’un Inlay core. Ce dispositif est composé :

 

o   D’un tenon dans sa partie inférieure. C’est une tige fine qui, une fois insérée dans la racine, contribuera à mieux river la pièce. Le nombre de tenons peut dépendre du nombre de racines de la dent. Lorsque les canaux des racines ont une position divergente, il est nécessaire d’utiliser l’Inlay core à clavette pour stabiliser la pièce prothétique et éviter qu’elle ne se descelle.

 

o   De la dent reconstituée et prête à recevoir la couronne, dans sa partie supérieure. D’où vient alors le terme « faux moignon » ? Le moignon est cette partie restante de la dent une fois qu’elle est travaillée à la fraise par le dentiste. Le faux moignon n’en est donc qu’une reproduction façonnée de manière artificielle, mais qui sera beaucoup plus solide. Une empreinte de ce faux moignon permettra ensuite au prothésiste de fabriquer une couronne.

 

 

Dans quel cas faut-il les envisager ?

Une dent peut se retrouver dans un état de délabrement pour deux raisons :

 

  • Soit elle a subi une grave lésion comme une fracture ou une cassure.
  • Soit elle a été pratiquement minée par une carie.

 

Dans ces deux cas, la dent est très fragilisée et y poser une couronne serait l’exposer à d’autres lésions.

 

Outre ces motifs, l’Inlay core est aussi préconisé pour :

 

  • Remédier au problème d’une dent qui ne dispose plus de « moyens » d’appui et ne peut pas être remise en état par les méthodes classiques.
  • Redonner à une dent un aspect naturel.
  • Corriger une malposition des dents, car celles-ci une fois bien reconstituées retrouvent leur point de contact.
  • Diminuer les effets d’un défaut constaté au niveau de la fermeture de la mâchoire.
  • Traiter une dent destinée à supporter un bridge : celui-ci est un ensemble de couronnes artificielles et la dent concernée devra être fortement ancrée.

 

Il est toutefois bon de noter que la décision de faire un Inlaycore ne se prend qu’après :

 

  • Un examen clinique, parodontal notamment.
  • Un examen radiologique : révélant la position et l’état de la dent concernée.

 

Lorsqu’une dent est sérieusement mutilée, les matériaux connus d’obturation, comme l’amalgame ne seront plus à même d’assurer sa solidité, car elle ne disposera plus de surface d’appui ferme. Ces produits, même s’ils sont encore largement utilisés, présentent en effet quelques petits inconvénients :

 

 

L’amalgame d’argent durable, mais dangereux ?

Plus connu sous le nom de plombage à cause de son teint qui tire sur le gris, ce matériau est un mélange de mercure et d’argent. Facile à poser et moins coûteux que les autres procédés, il a l’avantage de pouvoir tenir longtemps, jusqu’à une vingtaine d’années. Mais avec le temps, il peut révéler des fissures. Considéré inesthétique, il a été aussi jugé dangereux pour la santé à cause du mercure qui est connu pour être un métal toxique. Mais, s’il est vrai que l’usage du mercure est déconseillé par l’Organisation mondiale de la santé, dentiste et patient ne sont pas pour autant continuellement exposés aux effets de ce produit. De plus, la quantité de mercure relevée dans les amalgames serait minime par rapport à la dose considérée comme toxique.

 amalgame argent

 

La résine composite, plus esthétique, mais plus fragile

Plus coûteuse que l’amalgame, elle se révèle moins durable que celui-ci. Polymère malléable qui, une fois mis dans la dent à obturer, durcit sous le reflet d’une lumière de couleur bleue, ce produit est d’une teinte presque similaire à celle des dents. Son efficacité dépend de l’habileté du praticien à le mettre en place. Lorsque le composite durcit, il se rétracte et, en n’adhérant plus correctement, perdra progressivement son étanchéité. Enfin, avec le temps, il peut perdre sa teinte, voire s’altérer et favoriser la réapparition de caries.

 

Quels sont donc les avantages de ces pièces ?

 

 

Les plus des Inlay Onlay

 

  • Ils peuvent être effectués pour éviter la pose d’amalgame ou de composite et se révèlent d’ailleurs plus solides, donc plus durables que ceux-ci.
  • Ils sont particulièrement indiqués pour les caries qui laissent une cavité importante.
  • Ils peuvent être posés sur des dents qui ne sont pas dévitalisées.
  • Le matériau utilisé pour ces pièces n’étant pas toxique, il n’y a aucun risque de réaction au niveau des tissus renfermant les vaisseaux et les nerfs dans la dent.
  • Ils offrent la possibilité de choisir la couleur qui se rapproche le plus de la teinte naturelle d’une dent. Reproduisant fidèlement la forme de la dent, ils jouent beaucoup sur l’aspect esthétique de la dentition.
  • Ils ont une résistance plus forte qu’une dent naturelle, particulièrement si le matériau utilisé est de la céramique.
  • Les caries, provoquées par l’infiltration de bactéries, ont moins de chance de réapparaître, car adhérant parfaitement, ils empêchent toute formation de poche d’air.
  • Plus qu’une couronne, ils permettent de garder l’entièreté de la dent. Le matériau n’exerçant pas de pression sur les parois, il n’y a aucun risque de fracture.
  • Ils se révèleraient moins coûteux qu’une prothèse classique.

 

Et les moins ?

 

  • Ils ne peuvent être effectués sur une dent dévitalisée ou trop endommagée.
  • Ils demandent plusieurs séances chez le dentiste.
  • Ils exigent une parfaite hygiène bucco-dentaire et requièrent une visite au moins annuelle chez le dentiste, ainsi qu’un examen clinique rigoureux.
  • Peu de mutuelles les remboursent.

 

Quid de l’Inlay core ?

  • Il résiste aux mouvements masticatoires et aux pressions des mâchoires.
  • Il assure une liaison ferme entre la racine et la couronne.
  • Il ne laisse passer aucun fluide.

 

Jusqu’ici, on ne lui connaît qu’un seul inconvénient : son prix élevé. La qualité de ces pièces dépend en grande partie en effet des matériaux avec lesquels elles sont fabriquées.

 

 

Les matériaux employés

Différents matériaux peuvent être utilisés pour la fabrication des inlay :

 

  • La zircone : connue sous le nom scientifique d’oxyde de zirconium, n’est pas à confondre avec le minéral « Le Zircone ». La zircone est de plus en plus prisée par les cabinets dentaires. Ne comportant pas d’élément métallique, elle est esthétique et, de par sa résistance, est très durable. Elle a aussi cet avantage d’avoir une teinte similaire à celle d’une dent.

 

  • La résine composite : bien que, grâce à sa teinte approchant celle d’une dent naturelle, elle soit très prisée pour son côté esthétique, elle est connue pour n’être pas durable. En effet, elle tend à perdre sa brillance au bout de cinq années. La fabrication des inlay en composite, faite à partir de la prise d’une empreinte est généralement confiée à une officine de prothèse dentaire. Moins résistants que ceux réalisés en céramique, ils sont tout de même moins coûteux que ceux-ci.

 

  • La céramique : appelée aussi porcelaine, c’est une poudre chauffée à une température très élevée. Sa transparence est son meilleur atout, car elle donne un rendu esthétique parfait. Elle ne contient aucun élément métal et sa couleur permet de reproduire une dent à l’aspect naturel. Les bactéries ne peuvent adhérer sur la paroi lisse des inlay-onlay en céramique qui font ainsi barrage au retour des caries Très solide, elle peut durer jusqu’à 10 ans et est maintenant le matériau le plus utilisé pour ces pièces prothétiques.

 

  • L’or : matériau considéré comme idéal, il est réputé pour sa résistance et peut durer jusqu’à une vingtaine d’années. Bien que jugé inesthétique, il a l’avantage de ne pas être toxique, de ne causer aucune allergie et, par rapport aux autres matériaux, de protéger du retour des caries. L’or était d’ailleurs largement utilisé pour colmater une cavité il y a une soixantaine ou cinquantaine d’années.

 

La méthode CEREC ou « CEramic REConstruction », lancée dans les années 1980, mais perfectionnée au fil des années, est maintenant très utilisée par les dentistes dans le monde.  

 

 

En quoi consiste-t-elle ?

Elle marie la perfection de la technique adhésive avec la rapidité de fabrication des inlay-onlay, des couronnes partielles, des facettes dentaires. Elle n’utilise pas de métal, mais uniquement de la céramique très résistante. Les interventions se déroulent comme suit :

 

  • L’obturation à remplacer ainsi que les parties fragiles de la dent peuvent être enlevées en une seule séance.
  • La prise de l’empreinte ne se fait plus manuellement, mais est effectuée par une caméra.
  • L’ordinateur se chargera de la création de la pièce prothétique avec la plus haute précision.
  • Celle-ci sera ensuite façonnée dans un bloc de céramique à partir des informations enregistrées par la caméra.
  • La pièce d’obturation, une fois polie, sera scellée sur la dent à l’aide d’un matériau adhésif des plus performants.

 

Quels sont les avantages de la méthode ?

Le métal n’est plus utilisé dans le procédé et la céramique utilisée est des plus résistantes : la dent, très bien consolidée retrouve sa fonction et son aspect naturels.

 

  • Satisfaction du patient : celui-ci n’a plus à se déplacer plusieurs fois et toutes les étapes, de la création de la pièce jusqu’à sa pose, s’effectuent en une seule séance.
  • Rendu esthétique garanti.

 

Ce procédé, qui ne requiert pas l’intervention d’un prothésiste pourrait se révéler moins coûteux. Mais produit-il réellement le même résultat qu’un inlay fabriqué en laboratoire, où le prothésiste peut travailler avec plusieurs couches de poudre de céramique de teintes différentes, avant de parvenir à la couleur souhaitée ?

 

L’alliage nickel chrome ne serait plus recommandé pour la fabrication de l’Inlaycore, car il peut s’user et provoquer des réactions d’intolérance chez le patient. Le faux moignon peut être coulé dans un métal, que celui-ci soit ou non précieux ou dans la zircone. Mais actuellement, c’est la céramique qui est la plus utilisée. Quelles sont alors les étapes de la pose de l’Inlay Core ?

 

 

La pose des Inlays

 

Pour les inlays-onlay :

  • En cas de carie, celle-ci devra d’abord être soignée.
  • Une empreinte de la dent sera ensuite relevée, après avoir estimé sa taille et l’importance de l’espace à combler.
  • Cette empreinte sera transmise au prothésiste qui façonnera la pièce prothétique.
  • L’inlay dentaire sera scellé sur la dent naturelle à l’aide d’un produit « adhésif » spécial.

 

 

Rappelons que :

 

  • L’inlayCore est indiquée pour une dent particulièrement abîmée et sur laquelle il n’est pas possible de mettre une couronne. Celle-ci ne peut être en effet posée que sur une dent résistante et en bon état général. L’inlay core ne peut être réalisé que sur dent dépulpée.

 

  • Cette pièce prothétique comporte deux parties :

 

  • Le tenon qui va être inséré dans la racine et qui contribue à une solide fixation de la pièce.
  • Le faux-moignon : qui n’est que la reproduction artificielle de ce qui reste d’une dent qui a été taillée. La dent, ainsi reconstituée pourra ainsi permettre la pose d’une couronne.

 

 

Quelles sont les différentes étapes pour parvenir à la pose de l’InlayCore ?

La pose d’un InlayCore ne se fait pas en une seule fois et pourra nécessiter jusqu’à 3 séances chez le dentiste.

 

Les phases préalables à la pose

 

  • Si cela n’a pas été encore fait, il est indispensable de dévitaliser la dent : il faut enlever toute la pulpe afin de préparer le canal de la racine à recevoir le tenon.
  • La dent sera ensuite taillée de façon à ce qu’elle soit réduite à l’état de moignon et prenne une forme permettant la pose d’une couronne.
  • Le canal de la dent sera perforé en respectant une hauteur précise de façon à apprêter l’insertion du tenon ou « pied » de l’Inlay core. Le dentiste introduira ensuite dans le canal le tenon, qui est une petite tige.
  • Il prendra ensuite une empreinte :

 

-        Du moignon

-        Du canal radiculaire : le tenon saisi dans l’empreinte donnera une représentation du canal du moignon.

-        De l’arcade dentaire où est situé le moignon ainsi que de celle qui lui est opposée. Cette empreinte est nécessaire pour que ces arcades puissent « s’engrener » harmonieusement.

 

  • Le dentiste pourra poser une couronne provisoire en résine.
  • Ces empreintes seront ensuite transmises au prothésiste pour qu’il puisse façonner les pièces avec les matériaux adéquats.

 

Toutes ces opérations nécessitent un équipement fiable, mais requièrent aussi l’habileté du praticien.

 

Le rôle du prothésiste

  • En laboratoire, il coulera du plâtre dans les empreintes, pour obtenir les modèles exacts des pièces à fabriquer.
  • Il façonnera les pièces et les passera dans un moule pour obtenir les modèles dans les matériaux appropriés : le métal pour le tenon, la céramique pour le moignon.
  • Il réalisera les travaux de finition comme le polissage avec les instruments adéquats.
  • Il vérifie enfin l’adaptation des pièces sur les modèles en plâtre et transmet l’inlay core définitif au dentiste.

 

 

La pose de l’Inlaycore

 

  • Le dentiste n’aura plus qu’à poser l’Inlay core sur la dent qui sera couronnée et vérifie qu’il est bien adapté.
  • La pièce sera alors scellée sur la dent avec un matériau adhésif approprié et qui ne risque pas d’exercer une quelconque pression les racines qui pourraient alors se fracturer.
  • L’Inlay core une fois posé, la prise d’une empreinte permettra ensuite la fabrication d’une couronne par le prothésiste. Si celle-ci doit être remplacée plus tard, la structure de l’inlay core ne subira aucune modification.

 

Certains cas, telle une anatomie particulière des racines peuvent ne pas autoriser la pose d’un Inlay core. D’autres solutions pourraient être alors préconisées par le dentiste. Les interventions se réalisant sur une dent dévitalisée, la pose d’un Inlay core ne sera douloureuse que…. pour votre portefeuille.

 

 

Quel est le coût des Inlay ?

 

En France, la fixation des prix est libre, et les tarifs sur la pose de ces pièces diffèrent selon :

 

  • Qu’elles soient fabriquées par le praticien.
  • Que leur fabrication soit confiée à un laboratoire prothésiste.
  • Le type de matériau utilisé pour leur fabrication : métal précieux ou semi-précieux, céramique, composite n’ont pas le même prix.

 

La participation de la Sécurité sociale sur les inlay se limiterait à celle accordée à une obturation et les mutuelles acceptant d’en faire le remboursement ne sont pas encore nombreuses. Ce problème incite d’ailleurs de plus en plus les personnes à se rendre à l’étranger pour réaliser des soins dentaires ou se faire des prothèses.

 

Les inlay, malgré leur coût, sont pourtant un investissement qui en vaut la peine pour le rendu esthétique qu’ils offrent, leur solidité et donc leur longévité. Si donc l’envie vous prend de l’entreprendre, prenez d’abord la précaution de demander un devis à votre dentiste et étudiez les diverses offres de mutuelle complémentaire pour pouvoir faire une comparaison.


Notre Bureau Recherches et Développement

Nous oeuvrons tous les jours pour vous apporter depuis nos bureaux, le meilleur accueil, service après-vente et conseil. Nous développons constamment des produits innovants, uniques qui vous faciliteront votre quotidien et vous apporteront des solutions réelles à vos problèmes dentaires.